11/12/2020 de 19h30 à 20h30

Chroniques d’une ville qu’on croit connaître

 (2019 – 87 min)

Théâtre

Chroniques d’une ville qu’on croit connaître

Théâtre

 

Chroniques d’une ville qu’on croit connaître

Mis en scène par Wael Kadour et Mohamad Al Rashi, ce spectacle (75min) s’inspire d’une histoire vraie. A Damas, au début de la révolution, une femme se suicide une nuit de l’été 2011. Partant de ce fait, la pièce pose alors une question : comment une syrienne, de quelque bord politique qu’elle soit, a-t-elle pu choisir de ne pas savoir ce qui allait se passer dans son pays alors que le mouvement révolutionnaire risquait de faire tomber le régime d’un jour à l’autre ?

à propos de 

Chroniques d’une ville qu’on croit connaître

à propos de 

Chroniques d’une ville qu’on croit connaître

La ville dont il est question est Damas, la capitale de la Syrie. Nous savons tous le drame qui la secoue depuis 2011. À cette époque, l’auteur de théâtre Wael Kadour vivait encore là-bas lorsqu’il apprit le suicide d’une fille qu’il connaissait. Disons qu’elle s’appelait Nour. Dès lors un questionnement le taraude : pourquoi, alors que se profile un changement majeur pour l’histoire de son pays, une jeune fille dans la fleur de l’âge s’abandonne-t-elle au désespoir ? Quelle peut être la tragédie personnelle qui la pousse à nous quitter à un moment où tout le monde attend de savoir comment les choses vont évoluer ? Wael fuit son pays laissant derrière lui de nombreux amis dont Mohamad Al Rashi qui sera arrêté cette même année. Les années ont passé. Les deux amis se retrouvent aujourd’hui en France et décident de s’associer pour mettre en scène ces chroniques dans lesquelles on suit divers personnages plus ou moins proches de Nour : infirmière, journaliste, agents, amis et parents. Les dialogues, à la manière d’une enquête sensible, dévoilent en creux la violence intrinsèque d’un système politique, économique et religieux. Une aventure artistique et humaine qui veut donner une voix à ceux qui ont décidé de ne pas choisir. Et peut-être faire entendre celle de Nour ; le personnage absent de cette pièce dont le prénom en arabe veut dire « lumière ».

Biographie

WAEL KADOUR

Né en Syrie en 1981, Wael Kadour est dramaturge, metteur en scène. Diplômé de l’Institut d’Art Dramatique de Damas, il est collaborateur artistique et littéraire pour des projets en Syrie, en Jordanie et au Liban, enseigne et anime des workshops d’écriture. Fin 2011, il cofonde Ettijahat, structure culturelle indépendante syrienne dont il assure la direction de la communication. Il a écrit plusieurs pièces qui ont été publiées. Réfugié à Paris depuis 2016, il crée début 2019 son dernier texte, co-mis en scène par Mohamad Al Rashi, “Chroniques d’une ville qu’on croit connaître”.

Biographie

MOHAMAD AL RASHI

Mohamad Al Rashi est né en Syrie en 1970. Il vit en France, à Marseille, depuis fin 2014. Acteur, metteur en scène et musicien, il est diplômé de l’Institut Supérieur d’Art Dramatique de Damas en 1995, école où il est ensuite enseignant. Comme acteur, il entame sa carrière au Théâtre National de Damas et joue dans plusieurs spectacles. En 2000, il joue dans “Gilgamesh”, mis en scène par Pascal Rambert au Festival d’Avignon ; en 2008, dans “Les émigrants” de Soavoder Mrojek, mis en scène par Samer Omran à Damas, puis à Amman, Beyrouth, Le Caire et Sharjah ; en 2009, dans “La dernière bande de Samuel Beckett”, mis en scène par Ossama Ghanam, à Damas et à Beyrouth. Comme musicien, il intègre en 2014 le groupe Catherine Vincent avec lequel il signe le récital “Amour, paix et révolution”.