TAMMAM ALOMAR

Art Plastique | Portrait des artistes

Syrien n’est fait#3 – Syrien n’est fait#4 – Syrien n’est fait#5

Né à Masyaf en 1986, Tammam Alomar a débuté le graphique design en 2004 avec des productions d’identités visuelles pour les entreprises et les campagnes publicitaires. Puis, en 2005, il s’est tourné vers des études en Droit à l’Université de Damas en 2005, s’intéressant plus particulièrement aux droits de l’Homme et à la nature de leurs violations. Au début de la révolution syrienne en 2011, il a réuni ces deux thèmes à travers le collectif “le peuple syrien connaît son chemin”, produisant des affiches politiques et organisant des campagnes de sensibilisation, en utilisant de nombreuses techniques tels que le graffiti, la calligraphie arabe, le photomontage et le graphique. Lui-même témoin direct et victime de violences, il a insufflé à ces affiches un impact fort, de par leurs contenus expressifs, leurs constructions et leurs couleurs.

A son arrivée en France en fin 2014, la prise de recul sur la situation de la Syrie a fait évoluer son travail artistique. Au cours de ses études d’Arts plastiques à la Sorbonne, il s’éloigne de l’expression de l’action directe, se dirigeant davantage vers l’expression conceptuelle. Convaincu du rôle et de l’importance d’un travail artistique engagé, il met désormais le symbolisme du corps humain au coeur de ses créations, notamment à travers la question de la prison et de la torture. Le corps tient pour lui une place centrale dans la scène syrienne. Ces détenus, ces martyrs, ces personnes torturées, ces personnes exilées et ces réfugiés se symbolisent en corps. Si chacun d’entre eux porte sa propre différence, ils s’unissent dans la figure du corps violenté, compressé et épuisé. Ainsi, il est allé plus profondément vers la simplicité, comme pour présenter une vérité unique en utilisant moins de couleurs et de détails.